Cartagena de Indias perle de la cote caraibe

{lang: 'fr'}

DSC00045 300x225 Cartagena de Indias perle de la cote caraibeCartagena respire l’histoire, il suffit de se promener dans les ruelles de la Ciudad Amurallada pour s’imaginer dans la vice-royauté de Grenade au temps de la couronne espagnole. Premier port de l’amérique espagnole, départ de nombreux rêves et désillusions, Cartagena est le bijou du royaume d’Espagne  en terre caraibéenne. Elle fut le port d’entrée des aspirants au Nouveau Monde, migrants ou autres conquistadores à la recherche d’El Dorado. Qui dit cité d’importance, dit cité convoitée, combien de fois fut-elle assiégée par des navires anglais ou français? Ainsi furent crées par l’ingénieur italien Bautista Antonelli, les plus grandes fortifications de l’Amérique du Sud pour se protéger contre d’éventuels envahisseurs.
La Ciudad Amurallada joyau colonial, déclaré patrimoine de l’Humanité par l’UNESCO en 1984 respire la douceur de vivre. Qu’il est agréable de flâner le long de la cathédrale la Basílica Menor admirant les maisons couleur soleil, qui sentent bon les vacances, la plage, les Caraïbes…
Mais Cartagena, c’est aussi les bidonvilles à perte de vue entourant la ville, les plages qui ont perdu de leur superbe au profit de Santa Marta autre perle des Caraïbes et un tourisme sexuel à la vue de tous. Le tourisme est un revenu important de la ville avec son quartier touristique Bocagrande et ses vendeurs ambulants traquant le touriste. Comme disent les colombiens, les costeños sont très vivos (c’est à dire, vifs d’esprit, opportunistes), ils vous proposent des coquillages ou des crustacés pas toujours très frais à des prix tres « touristiques ». Tandis que les femmes vous proposent des espèces de massages avec de l’eau savonneuse. Le soir dans La Ciudad Amurallada on trouve parfois des prostituées autant hommes que femmes fruit du développement d’un tourisme sexuel à peine caché.
Mon humble avis est qu’il faut visiter Cartagena pour sa richesse culturelle et architecturale mais peut-être faut-il pousser plus vers l’est vers Santa Marta pour de plus belles plages et un tourisme de masse moins important.

    You can laissez un commentaire, or trackback from your own site.

    Laissez un commentaire

    *