Le colombien dans tous ses états!

{lang: 'fr'}

Scan0009 150x150 Le colombien dans tous ses états!A lo bien, bacán, parce… autant de termes qui constituent le colombien actuel. Issus pour la plupart du parlache, argot des quartiers défavorisés de Medellín, cette pseudo-langue s’est étendue jusqu’aux classes les plus aisées du pays. Phénomène comparable au vocabulaire des cités, le parlache a pénétré jusqu’aux milieux intellectuels les plus fermés à son influence. Langage de rébellion de l’adolescent face à l’adulte, langage de la violence des quartiers difficiles de Medellín et Bogotá, le parlache est l’expression d’une jeunesse en mal de repères.
Certains intellectuels s’offusquent de cette diffusion, prônant un espagnol pur et originel dont plus d’un colombien s’enorgueillit de parler le castillan le plus authentique de la planète. Ils n’ont pas tort, l’espagnol s’en trouve modifié, quasiment en concurrence avec une autre langue. Les jeunes générations s’en désintéressent, aidé par une société dédié tout entière au négoce dont la maîtrise d’une langue ne représente pas grand-chose en termes de profit.
Toutefois, je considère que le parlache et les autres formes d’argot colombien participent à la richesse de la langue. Quel plaisir de différencier tel ou tel hispanophone suivant le vocabulaire qu’il emploie, du boludo argentin au güey mexicain, le vocabulaire hispanique est sans limites. Voici pourquoi peu de temps après mon arrivée en Colombie, j’ai acheté le Diccionario de colombiano actual de Francisco Celis Albán. Livre fort bien fait qui me paraît relativement complet car pour l’instant j’y ai trouvé tous les mots échappant à ma compréhension. Cet ouvrage n’est pas seulement quelques mots de vocabulaire mais une immersion dans la Colombie actuelle.

    You can laissez un commentaire, or trackback from your own site.

    Laissez un commentaire

    *