Barrancabermeja, la capitale pétrolière de la Colombie

{lang: 'fr'}

barrancabermeja colombie Barrancabermeja, la capitale pétrolière de la ColombieBarrancabermeja est la deuxième ville par la population du département de Santander. Elle est également la capitale de la province de Mares et se situe à 120 km à l’ouest de Bucaramanga, sur les berges du Río Magdalena, loin du climat clément de cette dernière.
Elle a été fondée en 1536 par Gonzalo Jiménez de Quesada qui aperçut le 12 octobre sur son emplacement des « barrancas bermejas » (ravins vermeils).
La « ciudad entre aguas » (nom dû à sa position entre marécages et ruisseaux) possède, à l’heure actuelle, une population de plus de 300.000 habitants, appelés les Barramejos et Barramejas.
Barrancabermeja est la capitale pétrolière du pays avec la raffinerie la plus importante du pays, appartenant à l’entreprise Ecopetrol.

Le boom pétrolier a débuté dès les années 40, attirant de nombreuses populations originaires d’Antioquia et de la côte atlantique. La population de la ville est passée, à partir de cette date, de 40 000 habitants à 80 000 en 1960. Cet afflux de main d’oeuvre venue de tous les horizons a apporté avec elle des particularités culturelles qui font de Barrancabermeja une ville à part dans le département de Santander. Une grande influence costeña se retrouve dans la musique et la cuisine de la ville. Le vallenato domine malgré que chez les jeunes générations les rythmes occidentaux commencent à prévaloir. Une idée d’un nouveau département autour de Barrancabermeja, le Magdalena medio, avait même été émise il y a quelques temps, cherchant à concrétiser d’une certaine manière un particularisme né de la fusion de plusieurs identités régionales.

El Cristo Petrolero barrancabermeja 300x225 Barrancabermeja, la capitale pétrolière de la Colombie

El Cristo Petrolero

La Hija del Sol, désignée ainsi dans l’hymne composé par José Ortega Moreno, présente de nombreuses attractions touristiques non négligeables. Elles sont, cependant, toutes axées sur le pétrole, le moteur économique de la ville. La première est le Musée du Pétrole (Museo del Petróleo) Samuel Schneider Uribe qui montre les différentes étapes de l’extraction pétrolière tout au long du XXème.
El Cristo Petrolero (le Christ pétrolier) est un immense édifice de métal, de 26 mètres de hauteur et de 20 tonnes, représentant le Christ sur la croix. Il a été crée par Fernando Fernández, un mécanicien d’Ecopetrol, et inauguré le 7 décembre 1995.
Le monument se trouve dans la cienaga de Miramar, près du centre d’information touristique de Barrancabermeja.
El Club Infantas est un club social crée par Ecopetrol en 1954 afin de répondre aux besoins de loisirs de ses employés. Il est considéré comme l’un des meilleurs à l’échelle latino-américaine. De nombreuses installations y sont disponibles : piscines, toboggans, restaurants, pistes de danse, terrains de softbol, football, volley, basket, tennis et une patinoire.

Plusieurs centres commerciaux sont disponibles en ville pour les aficionados du shopping. Les Centro Comercial San Silvestre (Carrefour, 132 locaux commerciaux et 6 salles de cinéma) et Centro Comercial Iwaná (un magasin Éxito et une « plazoleta de comida » qui abrite plusieurs chaînes de restauration rapide).
Une dernière attraction à ne pas rater est le Pont Barrancabermeja-Yondo, situé au nord de la ville, reliant les départements de Santander et d’Antioquia. Il a été inauguré en 2006 sous le nom de Guillermo Gaviria Correa qui fut gouverneur d’Antioquia.

    You can skip to the end and leave a response. Pinging is currently not allowed.

    2 Responses to “Barrancabermeja, la capitale pétrolière de la Colombie”

    1. Romain dit :

      En lien avec l’industrie pétrolière, il faut savoir que Barrancabermeja a été le siège des plus importants conflits sociaux de la Colombie. La centrale syndicale ouvrière Unión Sindical de Obreros, l’une des plus puissante du pays, a largement contribué à l’amélioration des conditions de travail au sein du complexe pétrochimique malgré les nombreux assassinats dont sont encore victimes les leaders syndicaux.

    2. Sébastien dit :

      Très bon commentaire Romain. On en apprend tous les jours :)

    Laissez un commentaire

    *