« La guerre des miss » en Colombie dans l’Effet Papillon sur Canal +

{lang: 'fr'}

effet papillon guerre des miss colombie 300x199 La guerre des miss en Colombie dans lEffet Papillon sur Canal +Dimanche, je regardais comme il m’arrive assez souvent l’Effet Papillon, la très bonne émission d’investigation sur Canal +, quand je découvris à ma grande joie un nouveau sujet sur la Colombie, un jour seulement après le numéro d’Echappées Belles sur France 5.
« La guerre des miss » fait au prime abord penser à des problèmes de rivalité au sein d’une élection de reine colombienne comme on peut en lire parfois dans les journaux. Une candidate défigurée à l’acide, des jurés achetés, etc. Cela parait assez fou vu de France mais en Colombie ces histoires de miss ont tellement d’importance que la violence et la corruption peuvent être rapidement employées.

Donc, je commence à regarder, m’attendant à une histoire de ce genre. Cartagena de Indias, l’élection de Miss Colombie et son parterre de privilégiés assistant à un défilé de prétendantes au titre tant convoité, finissent de m’en dissuader. La « Guerre des Miss » réside plus dans l’opposition de classes, avec d’un côté le concours national et ses paillettes et de l’autre une « Reine du Peuple » élue parmi vingt candidates d’autant de quartiers pauvres de la ville.
En toile de fond de l’élection, véritable pied de nez aux nantis de la bonne société colombienne, circule un résumé de la Colombie actuelle : baisse de la violence, développement de l’économie et du tourisme ainsi que des mauvais côtés qui en découlent, quartiers déshérités laissés pour compte et recrudescence du tourisme sexuel.

Comme le dit Norelis, la candidate du quartier de Villa Estrella, les miss nationales sont souvent issues de bonnes familles, après avoir été les petites-amies des narcos. Cette opposition riches-pauvres dévie vers l’opposition raciale où elle affirme qu’il n’y a jamais eu de reine noire en Colombie. Vanessa Mendoza en 2001 lui prouve un contraire qui est, certes, peu présent mais existe néanmoins. Triste réalité qui reflète la pensée d’une majorité de la population ne pouvant imaginer une reine d’origine afro-colombienne pour représenter le pays.
L’élection a lieu dans un stade plein à craquer où la ferveur remplace les millions. Chaque candidate doit parrainer un projet social qui sera financé en cas de victoire. On est vraiment loin du strass et des paillettes de CaracolTV. La « Reine du Peuple » a vraiment une autre saveur.

Le lien de la vidéo

    You can skip to the end and leave a response. Pinging is currently not allowed.

    3 Responses to “« La guerre des miss » en Colombie dans l’Effet Papillon sur Canal +”

    1. Romain dit :

      C’est tout comme au Venezuela où le concours de miss est une véritable institution. Il faut dire qu’il permet à l’heureuse élue de devenir animatrice de télé, actrice ou comédienne mais également de séduire un riche mari.
      Mais malheureusement, toutes les prétendantes ne sont pas logées à la même enseigne puisque leur cote de popularité est fortement liée au pouvoir d’influence de leurs agents dans les médias qui dépend, lui même, des sommes d’argent qu’elles investissent dans leur stratégie de communication.
      A cela s’ajoute le fait que les reines de beauté au teint clair de type européen sont largement plébiscitées par les jurés car, parait-il, ont plus de chance de gagner à l’international…..mais, cette année, Miss Angola élue Miss Univers a su prouver le contraire en redonnant ainsi de l’espoir aux femmes de couleurs!!

    2. THALIA dit :

      je voulais voir la video quand je clic sur le lien ya rien comment faire merci …

    3. Sébastien dit :

      Bonjour,
      Depuis le temps, je pense que la vidéo est indisponible. Ils ne laissent pas malheureusement les vidéos en ligne indéfiniment. Elle est peut-être disponible sur Dailymotion ou Youtube.
      Si je la trouve, je vous le dis.

    Laissez un commentaire

    *