La paix en Colombie serait une très bonne affaire selon le secteur financier

{lang: 'fr'}

economie colombie 300x247 La paix en Colombie serait une très bonne affaire selon le secteur financierLa signature hypothétique d’un accord pour mettre fin au conflit qui frappe le pays depuis un demi-siècle aurait des conséquences profondes sur l’économie nationale.

Dans ces conditions, le pays cesserait de consacrer des ressources à la guerre, ce qui pourrait servir pour construire des logements et des écoles. L’année prochaine, par exemple, 21,5 milliards de dollars de budget sont prévus pour régler le conflit.

«Ces ressources seraient massivement redirigées dans l’innovation et la technologie, qui est l’une des locomotives de l’actuel gouvernement », a déclaré Memphis Viveros, consultant économique, qui a noté que, avec seulement deux milliards de pesos de nombreuses initiatives dans ce domaine pourraient être appuyées.

L’augmentation des investissements dans l’innovation et la technologie, le décollage définitif de l’agriculture et l’arrivée de plus de capitaux seraient des conséquences immédiates de cette réussite, selon les dirigeants universitaires, patronaux et syndicaux.

Un autre secteur qui recevrait un coup de pouce est le pétrole. Non seulement parce qu’elle mettrait fin aux attaques contre les réseaux et les pipelines, mais parce que la plupart des investisseurs seraient intéressés à venir dans le pays, a déclaré de son côté, le président d’Ecopetrol, Javier Gutierrez.

Ces attaques ont coûté au pays ces dernières années 4 milliards de dollars, soit l’équivalent de deux réformes fiscales.

Un troisième domaine qui recevrait un changement positif est l’agriculture. Ils pourraient mettre en œuvre des projets alternatifs dans diverses cultures comme la banane, les légumes et les fruits. « Dans ce secteur, s’investirait au moins deux milliards de dollars par année», a déclaré le président de la Société d’Agriculture de la Colombie, SAC, Rafael Mejia.

A côté de ce secteur, l’appareil de production prendra un grand élan, car il a été l’un des secteurs qui a été affecté dans les deux dernières décennies par le conflit interne. « Dans ce dernier, s’investira 5 milliards de pesos par an, ce qui est ce que la guerre a coûté selon des études économétriques», a déclaré le ministre sortant des Finances, Juan Carlos Echeverry.

Echeverry a dit également que la guerre a entraîné 1% du produit intérieur brut de la Colombie. Les analystes estiment que même avec un conflit armé l’économie a réussi à croître de 7% lors du précédent gouvernement. Sans la guerre, il serait possible de l’augmenter de quelques points. « Cela serait très important si l’on considère que le monde est en récession », a déclaré un analyste de Banrepública.

Plus le tourisme et les investissements directs

Dans une atmosphère de paix, le pays pourrait doubler son nombre de visiteurs internationaux chaque année. Aujourd’hui, la Colombie enregistre un million de touristes par an et « il est tout à fait possible d’en atteindre environ deux millions», a dit Jhon James Mora, directeur du département d’économie à l’Université Icesi.

Un autre secteur de l’économie qui présenterait des changements positifs est l’IDE (Investissements Directs Etrangers). Les analystes estiment que chaque année, il pourrait croître d’environ 20% à 25%.

    You can skip to the end and leave a response. Pinging is currently not allowed.

    Laissez un commentaire

    *