Angelino Garzón demande le même système de santé pour tous

{lang: 'fr'}

angelino garzon colombie 300x200 Angelino Garzón demande le même système de santé pour tousLe vice-président Angelino Garzón, a publié une lettre ouverte dans laquelle il dit que dans le « système de santé national, tous les Colombiens doivent être traités équitablement, comme ce fut mon cas. »

Garzon a déclaré qu’en 2010 il a subi une chirurgie à cœur ouvert qui comprenait la mise en place de cinq pontages coronariens et que seulement deux ans après il souffrit d’un AVC et ensuite commença un traitement pour éradiquer un cancer de la prostate.

Il a écrit cette lettre pour mettre en lumière qu’il a reçu « dans chacun de ces moments le diagnostic le plus rapide, un traitement et un service complet de réadaptation imbattable. »

Le vice-président a dit qu’il a des motifs pour exprimer «son plus haut degré de satisfaction à l’égard du système de santé de notre pays» et a donné ses « sincères remerciements » à la Clínica Reina Sofía, le Centro de Rehabilitación de la Universidad de la Sabana y del Hospital San Ignacio de la Universidad Javeriana, où il a été traité.

Dans sa lettre ouverte, Angelino Garzon a reconnu les mérites de la science médicale et des professionnels de la santé, et souligne également le travail des thérapeutes. Pour cette raison, il a demandé que «tous les Colombiens bénéficient du même traitement qu’il a reçu dans le système de santé national, avec la pleine jouissance des progrès scientifiques, au-delà de l’appât du gain qui existe malheureusement dans certains centre hospitaliers ».

Le vice-président a également appelé à des systèmes de santé pour protéger la vie des êtres humains en tant que premier devoir, aider à éliminer les inégalités sociales, rechercher le bien-être de la population dans son ensemble et éliminer les limitations des personnes handicapées et l’angoisse de leurs familles.

En outre, Garzón a souligné le cas de Ana Maria Forero Villamil, une petite fille de 11 mois, décédée cette semaine, apparemment pour des défaillances du service médical. Sur ce a déclaré: «il est moralement inacceptable que les lois du marché, dans lequel est plongé le système de santé colombien, causent la mort d’enfants par manque de médicaments essentiels. »

Il a souligné que «la santé est un droit et non une faveur» et que «l’État est responsable d’assurer l’accès aux services de prévention et de détection précoce de la maladie, à un traitement adéquat et à la livraison de tous médicaments essentiels »ainsi que pour atteindre tous, sans distinction » sans recourir à des droits de tutelle ou des pétitions et autres contestations, comme s’est vue contrainte une grande partie de la population.  »

Enfin, il a souligné les efforts du ministre de la Santé Alejandro Uribe Gaviria « pour surmonter le réseau complexe qui existe dans la composante financière du système de santé » et a conclu que « à partir du moment où nous avons tous le même traitement pour protéger notre vie, le système de santé devra contribuer à la construction d’une société plus juste. »

    You can skip to the end and leave a response. Pinging is currently not allowed.

    Laissez un commentaire

    *