La Colombie interdit la commercialisation des vueltiaos produits en Chine

{lang: 'fr'}

vueltiao zenu colombie 300x256 La Colombie interdit la commercialisation des vueltiaos produits en ChineLe gouvernement colombien va interdire la commercialisation d’imitations de chapeaux « vueltiaos» en provenance de Chine et vendus à des prix très bas par rapport à l’original, a déclaré le ministère du Commerce, de l’Industrie et du Tourisme.

Le ministre, Sergio Diaz-Granados, a déclaré dans un communiqué après une réunion avec le surintendant de l’Industrie et du Commerce, Pablo Felipe Robledo, que la décision a été prise.

Il a expliqué que l’acte administratif vise à protéger l’appellation d’origine contrôlée et les droits des consommateurs en interdisant la vente d’imitations de ce type de chapeau, emblématiques du pays.

Il a dit qu’il est possible que dans l’avenir, il fera la même chose pour protéger d’autres produits colombiens, d’appellation d’origine protégée, dans des circonstances similaires.

Il a également demandé à la Surintendance de l’industrie et du commerce de déterminer si dans le cas des imitations de chapeaux « vueltiaos» qui entrent dans le pays, il y a concurrence déloyale, publicité mensongère, infraction de copyright et violation des règles de protection des droits des consommateurs, afin qu’ils puissent prendre les mesures appropriées.

Le chapeau « vueltiao », élevé au rang de symbole culturel de la nation en 2004 par le Congrès colombien, a été utilisé par les paysans, par des présidents comme Bill Clinton et par des délégations sportives et récemment par le tennisman Roger Federer.

Le chapeau, typique des agriculteurs de la côte atlantique, en particulier dans le département de Cordoba, a commencé à arriver en grand nombre pendant des mois pour être vendu dans les villes et les villages de la région.

Le mécontentement des artisans repose sur le fait que le produit importé est un peu plus petit, vendu entre 5 et 7 dollars, alors que l ‘ »original » peut atteindre 85 $.

Le chapeau « vueltiao» découle de la culture Zenú et est fabriqué à la main, tissé dans une feuille de palmier, la « caña fecha », abondante dans la région.

Son poids léger, sa capacité de résister à l’eau et au soleil et sa caractéristique d’être capable de se plier dans une poche sans être froissé par la suite, le rende spécial.

Les artisans qui fabriquent ces chapeaux, le font dans le cadre de la marque collective « chapeau vueltiao » et l’appellation d’origine « Tejeduría Zenú », au nom de la localité indigène Zenú de San Andrés de Sotavento, dans le département de Cordoba.

Les habitants de Tuchin, célèbre pour leurs capacités à faire des chapeaux « vueltiaos », ont rapporté aux médias locaux qu’il y a deux ans certains hommes d’affaires chinois étaient en visite dans la réserve indigène de San Andres, mais ils n’avaient jamais imaginé que les échantillons pris étaient pour monter un commerce déloyale et les mettre au bord de la faillite.

    You can skip to the end and leave a response. Pinging is currently not allowed.

    Laissez un commentaire

    *