Les esclaves se moquent de leurs maîtres à Salvador da Bahia

{lang: 'fr'}

Les vols low cost ne se limitent plus à des trajets court-courriers. De plus en plus, des compagnies aériennes telles que Condor nous offrent la possibilité de visiter des coins du monde de plus en plus éloignés à des prix abordables.

L’Amérique du Sud attire des visiteurs du monde entier et le Brésil, avec sa richesse culturelle, ses plages paradisiaques et ses rythmes vibrants est sans doute l’un des pays qui nous fait le plus rêver.
Et c’est à Salvador de Bahia, au centre de la côte brésilienne, que se trouve le bijou dont nous voulons parler aujourd’hui.
salvador de bahia 300x224 Les esclaves se moquent de leurs maîtres à Salvador da Bahia
L’église et couvent de Saint François de Salvador da Bahia est un bijou non seulement par sa beauté baroque, mais aussi pour des raisons historiques.

La ville de Salvador da Bahia fut la première capitale du Brésil. Le siège de l’administration Royale y fut établit en 1549 par le Gouverneur Thome de Souza et la ville conserva son statut jusqu’en 1763.

Dès 1558, le premier marché d’esclaves des Amériques y fut créé. Les descendants de ces ouvriers ont fait de Salvador, encore aujourd’hui, un point de rencontre des cultures africaines, coloniales et indo américaines.

Ce sont eux qui construisirent l’église de Saint François au début du siècle XVIII. et ils firent un merveilleux travail.
São Francisco 300x201 Les esclaves se moquent de leurs maîtres à Salvador da Bahia
Il fallut huit cents kilos d’or pour recouvrir les boiseries et les sculptures de ce magnifique intérieur baroque qui est illuminé par un énorme chandelier de quatre vingt kilos. Le cloître magnifique est décoré avec une mosaïque d’azulejos représentant la fondation de la ville.

En regardant le plafond, vous verrez les peintures de l’artiste Jose Joaquim da Rocha.

Vous manquerez d’yeux pour découvrir tous les détails, mais vous remarquerez sûrement que certains des petits anges semblent avoir été mutilés entre leurs jambes, d’autres semblent enceintes. Leurs visages sont souvent grotesques.
Jose Joaquim da Rocha sao francisco 300x219 Les esclaves se moquent de leurs maîtres à Salvador da Bahia
Ceci fut la vengeance des esclaves qui construisirent cette église, privés eux-mêmes de pratiquer leurs rites spirituels: modeler de gros organes sexuels ou des ventre gonflés aux chérubins. La majorité de ces aberrations fut chastement recouverte mais encore aujourd’hui les visiteurs peuvent s’amuser à trouver les preuves de cette vengeance.

Pour en savoir plus sur les attractions touristiques de Salvador et du reste de la province de Bahia, consultez ce lien.

    You can skip to the end and leave a response. Pinging is currently not allowed.

    Laissez un commentaire

    *