Archive for the ‘Nature’ Category

Bocas de Ceniza, une impression de bout du monde

20150823_123310
{lang: 'fr'}

Si vous aimez les étendues sauvages, vastes et isolées, vous aimerez Bocas de Ceniza. Un lieu surréaliste et surprenant aux confins du fleuve Magdalena et de la mer des Caraïbes.

Voir le fleuve Magdalena embrassait dans une étreinte à la couleur « cendrée » – Ceniza signifie « cendre » en espagnol – la mer des Caraïbes se mérite. Le parcours pour s’y rendre ressemble parfois plus à un chemin de croix qu’à une promenade de santé.

Quitter la ville pour se rendre aux fameux petits trains qui vous transporteront aux portes de Bocas de Ceniza ne se fera pas sans repos, tant la route à emprunter ressemble plus à un chemin de terre difforme et caillouteux qu’à une voie pour nos chers véhicules à quatre roues.

Ces petits wagons pouvant transporter environ une douzaine de personnes, sur des banquettes des deux côtés du véhicule ainsi que parfois au milieu avec des sièges rajoutés pour optimiser l’espace disponible (expérience vécue à l’aller), avancent à une vitesse d’environ 15 km/h.

Ils se relaient le long de la voie de 9 heures du matin à 5 heures du soir, dans le vacarme des moteurs et du vent qui vous fouette le visage. Le prix du trajet n’es pas très cher. Il coûte 10.000 pesos ( à l’heure actuelle moins de 3 euros).

D’après un article de El Heraldo, la voie ferrée ferait 12 kilomètres jusqu’à la pointe de Bocas de Ceniza. Cependant, la partie finale étant trop déteriorée et abîmée, les petits trains ne réalisent pas la totalité du trajet.

Il convient donc de faire la dernière partie du trajet à pied, environ 30 minutes, entre les maisons humbles des pêcheurs et autres habitants de Bocas de Ceniza.
20150823 130916 300x168 Bocas de Ceniza, une impression de bout du monde
La beauté du lieu et l’immensité de la nature présente contrastent avec une grande pauvreté, fière, humble et accueillante. Tel ce pêcheur nous proposant de partager son simple mais délicieux repas, constitué d’un poisson et d’un peu de yuca. Un véritable délice de fraîcheur et de simplicité qui fait du bien parfois dans notre monde sophistiqué et pompeux.

La scène semble parfois surréaliste. Marcher le long de cette voie, bordée de chaque côté de cabanes et autres maisons de fortune. On touche à la pauvreté la plus extrême dans ce lieu à la beauté époustouflante.
20150823 131106 300x168 Bocas de Ceniza, une impression de bout du monde
L’immensité nous rappelle notre place celle d’animaux – sans aucune connotation péjorative – qui pensent être les maîtres du monde, mais qui ne sont rien en fait face à la force et à la grandeur de la nature.

A Bocas de Ceniza, on a l’impression de revenir à l’essentiel, débarrassés de toute la théâtralité d’une société, toutefois jamais très éloignée tant les projets de développement pointent leur nez. Espérons cependant qu’ils puissent préserver la beauté du lieu et apporter du travail à un grand nombre de personnes. Pour l’instant, l’eau est omniprésente, le ciel est bas. Plus rien d’autre ne compte.

Tourisme écologique : paradis perdus

{lang: 'fr'}

ile gorgona colombie 300x224 Tourisme écologique : paradis perdusChaque fois que nous parlons de la Colombie en tant que destination touristique, nous exaltons ses ressources naturelles: plages, jungles, montagnes et mers. Ces paradis qui, ailleurs, seraient un moteur de l’économie et une fierté nationale, sont devenus des trésors inaccessibles. La stratégie de l’écotourisme dans les réserves naturelles en 2005 consolidée par l’état est aujourd’hui un échec total. La société qui a la concession, va se retirer de l’Amazonas et de Gorgona, et pourrait le faire aussi dans le Nevado del Ruiz. Et les communautés qui, avec beaucoup d’effort ont monté des projets dans les parcs, attendent des visiteurs qui n’arrivent pas.

Se rendre dans ces parcs est coûteux et implique d’avoir un esprit aventurier. Les rares personnes qui osent, renoncent parfois au milieu de la route. «Chaque rapport d’une attaque, même si ce n’est pas à proximité des parcs, signifie des dizaines de cas d’annulation», explique le directeur des parcs, Julia Miranda. Pour d’autres, les éléments sont contre eux. Le Parc Amacayacu dans l’Amazonas a arrêté d’héberger des touristes en raison d’inondation provoquée par la rivière la, plus proche, et le Parc Los Nevados, dans la région cafetière, à cause de l’activité du volcan.

Les autres problèmes sont moins graves. Bien que le pays a une politique visant à promouvoir l’écotourisme, peu de Colombiens savent qu’il existe 29 parcs qui peuvent être visités. La principale difficulté ne serait donc pas les volcans ou les inondations, mais la perception. Read more »

Puerto Nariño, première destination de tourisme durable en Colombie

{lang: 'fr'}

Puerto Narino Colombie 300x225 Puerto Nariño, première destination de tourisme durable en ColombieLa municipalité de Puerto Nariño, dans la région d’Amazonas, est la première destination touristique durable à être certifiée en Colombie, a avisé le ministre du Commerce, de la Culture et du Tourisme, Sergio Diaz-Granados. Le ministre a expliqué que cette distinction permettra au Ministère d’améliorer sa compétitivité en termes de « biosostenibilidad » selon les tendances mondiales.

Pour sa part, le sous-ministre du Tourisme Oscar Garcia Rueda, a ajouté que cette région du pays a respecté toutes les exigences telles que les processus de production et « l’utilisation propre » de l’eau et des ressources énergétiques. La protection de la faune et la flore a surtout contribué à l’octroi de ce prix.

Le centre historique de Cartagena, Le parque Arvi à Santa Elena (département d’Antioquia) et une zone limitée autour de Corferias à Bogota, sont également dans le processus pour recevoir ce type de certification. Read more »

Le Parc National Tayrona : Un héritage à profiter et à préserver

{lang: 'fr'}

101 1687 300x225 Le Parc National Tayrona : Un héritage à profiter et à préserverArticle rédigé par une amie colombienne :

Si vous êtes amateur d’écotourisme, d’aventure, de camping, de randonnées, de plages, de natation, de soleil et des sons de la nature, il y a un endroit parfait pour vos prochaines vacances : le Parc Naturel Tayrona, déclaré en 1964 Parc National.

Situé dans la ville de Santa Marta, baigné par l’océan Atlantique, le Parc Tayrona est un paradis naturel, signalé en 2010 par les publications « Lonely Planet »comme une des dix destinations touristiques à visiter dans le monde.

Baies, plages, mangroves, coraux, récifs se complètent dans un paysage sylvestre aux collines de roches blanches se levant pour créer des sentiers magiques fourrés d’histoire, où l’on peut se promener pour évoquer les empreintes sacrées des anciens habitants : les «Tayronas», un peuple chasseur nomade qui date du VIIème siècle, lequel avait une organisation sociopolitique et possédait des connaissances sur la céramique, l’orfèvrerie et l’architecture traduites en un sanctuaire de ruines archéologiques et nature invitant à la rencontre avec soi-même. Read more »

Les Parc Nationaux en Colombie, pierre angulaire de la préservation de l’environnement

{lang: 'fr'}
la Cueva de los Gu%C3%A1charos parc national colombie 300x225 Les Parc Nationaux en Colombie, pierre angulaire de la préservation de lenvironnement

La Cueva de los Guácharos

Dans le souci de préserver la planète, la Colombie, l’un des cinq pays les plus biologiquement diversifiés au monde, a rallié, il y a plus de 50 ans, la vague écologique qui s’emparait de notre planète.

Première conséquence à cette prise de conscience, en 1960, la Cueva de los Guácharos fut déclarée premier Parc National de Colombie.
Aujourd’hui, après un long chemin, le pays possède tout un système national d’aires protégées dont la fonction est de protéger la biosphère et la biodiversité colombienne et, entre autres fonctions, de prévenir l’extinction d’espèces de flore et de faune.

Le travail de protection de l’environnement n’est point facile. La chasse illégale sur terre et dans l’océan, l’exploitation forestière, les cultures illégales et les problèmes de violence dans le pays ont rendu la tâche très ardue. Read more »

53% du territoire colombien est recouvert par les forêts

{lang: 'fr'}

forets colombie deforestation 300x225 53% du territoire colombien est recouvert par les forêtsLes différents acteurs du secteur forestier se sont réunis à Medellín afin de contribuer à la conservation des richesses forestières du pays.
Parmi ces différents acteurs, se trouvaient le Jardín Botánico et la Fundación Conviva qui, à travers le Congreso Internacional de Bosques, ont appelé à une plus grande prise de conscience de l’importance de la forêt sur le sol colombien.
Le but de cette initiative est la mise en place d’une politique publique qui engage l’Etat, le secteur privé et la société dans la conservation des écosystèmes forestiers et dans la restauration des forêts dégradées en Colombie. Read more »