Archive for the ‘Culture’ Category

La Costeña y el Cachaco régionalisme en Colombie

{lang: 'fr'}

6E3AD 1 La Costeña y el Cachaco régionalisme en ColombieLa Colombie fut un pays relativement isolé pendant plusieurs siècles. Le relief ainsi que des moyens de transport limités enclavèrent les différentes régions dans une certaine autarcie. Les particularismes régionaux, déjà alimentés par les différentes cultures indigènes, se consolidèrent dans des territoires bien définis. Ainsi naquirent les grandes entités régionales que sont les cachacos (habitants de Bogotá), les paisas (habitants d’Antioquía), les costeños (habitants de la côte), les santandereanos (habitants de la région de Santander) et les vallecaucanos (habitants de la Valle del Cauca, Cauca etc. toute la partie est du pays). Chacune de ces régions aux caractéristiques culturelles marquées, se différencient aussi sur le plan physique avec une majorité de population blanche dans la région d’Antioquia et une majorité noire sur la côte caraîbe. Read more »

Les chaînes de télévision colombiennes: CaracolTV, RCN etc…

{lang: 'fr'}

television Les chaînes de télévision colombiennes: CaracolTV, RCN etc...On entend parfois les gens se plaindre de la télévision française, ils passent toujours la même chose, ces programmes sont idiots etc. et qu’il soit clair je ne dis en rien le contraire. Toutefois, il faut avouer, que si la télévision française est médiocre mais moins que beaucoup d’autres, la colombienne est de mon avis l’une des plus ennuyeuses que je connaisse. Peut-être n’ai-je pas de chance mais je tombe toujours sur des programmes qui me donnent envie de zapper sur l’instant. Novelas et informations à longueur de journée, quelques dessins animés le week end pour les enfants, le panorama n’est guère attrayant, rien de très émoustillant sur le plan culturel, pas de débats ni de documentaires. Read more »

¡Oh gloria inmarcesible! Hymne national de la Colombie

{lang: 'fr'}

Ecrit en 1887 par le président Rafael Núñez, pour célébrer l’indépendance de Cartagena de Indias, la musique fut ensuite composée par l’italien Oreste Síndici. Par la suite, l’hymne obtint de manière spontanée l’adhésion du peuple colombien qui l’adopta comme symbole de l’état naissant. L’hymne devint officiel le 28 octobre 1920 par la loi 33 qui donna l’obligation par la suite, à toutes chaînes de télévision et radios nationales de diffuser l’hymne colombien tous les jours à 6h pétantes ainsi qu’à 18h pour les grandes chaînes nationales.

CORO

¡Oh gloria inmarcesible!                                     Oh gloire impérissable
¡Oh júbilo inmortal!                                              Oh joie immortelle
En surcos de dolores                                           Dans des sillons de douleurs
El bien germina ya,                                             Le bien pousse maintenant
El bien germina ya,                                             Le bien pousse maintenant
¡Oh gloria inmarcesible!                                    Oh gloire impérissable
¡Oh júbilo inmortal!                                             Oh joie immortelle
En surcos de dolores                                           Dans des sillons de douleurs
El bien germina ya,                                             Le bien pousse maintenant

Cesó la horrible noche,                                     L’horrible nuit est terminée
Derrama las aurores                                           Déverse les aurores
De su invencible luz                                            De son invincible lumière
La humanidad entera,                                       L’humanité entière,
Que entre cadenas gime,                                   qui gémit entre des chaînes,
Comprende las palabras                                   comprend les mots
Del que murió en la Cruz.                               de celui qui est mort sur la croix

« Independencia » grita                               « Indépendance » crie
El mundo americano;                                   Le monde américain ;
Se baña en sangre de héroes                       baigne dans le sang des héros
La tierra de Colón.                                         La terre de Colomb
Pero este gran principio:                             Mais ce grand principe :
« El Rey no es soberano »,                       « Le roi n’est pas souverain »
Resuena, y los que sufren                           Résonne et ceux qui souffrent
Bendicen su pasión.                                     Bénissent leur passion.

Miss Colombia

{lang: 'fr'}
NAVARRO 300x211 Miss Colombia

Natalia Navarro Galvis Miss Colombia 2009

Pour les colombiens et comme pour une grande partie de l’Amérique du Sud, les concours de miss sont des événements importants. Les concours de reines sont présents à tous niveaux, du quartier en passant par tel ou tel festival. Cela n’a rien à voir avec ce que nous connaissons chez nous. L’élection de Miss Colombie un rendez-vous qui passionne bon nombre de colombiens tous les ans à Cartagena dans le quartier touristique de Bocagrande. Tous les journaux du pays évoquent l’événement de longues semaines avant et relatent chaque fait et geste des candidates. Le 16 novembre de cette année, c’est la représentante de l’Etat de Bolivar (Cartagena) qui a été couronnée par sa prédécesseur Miss Cauca Michelle Rouillard (née d’un père français). Chaque année, la Miss Colombie postule au titre de Miss Univers ou au moins à une place dans les cinq premières. Le concours de Miss Colombie met en exergue ce besoin de féminité présent dans la société colombienne, où l’homme doît être un homme et la femme une femme. Les hommes surtout ceux appartenant à la société colombienne traditionnelle attendent que les femmes soient tres féminines et toujours tirées à quatre épingles. Cette recherche de beauté, de féminité s’exprime par un fort penchant pour la chirurgie esthétique et pas seulement chez les Miss. Le phénomène me paraît toutefois moins important que chez le pays voisin le Venezuela « terre des Miss ».

El Vueltiao

{lang: 'fr'}

Vueltiao 300x186 El VueltiaoC’est un chapeau typique de la Colombie, principalement porté par les costeños (les habitants de la côte). Il aurait son origine dans la culture indigène des zenú bien avant l’arrivée des espagnols. Il est formé de tresses constituées de feuilles séchées de caña flecha (canne flèche) grande plante herbacée de plus de cinq mètres. La qualité du vueltiao dépend de la fibre utilisée et de la quantité de fibres tressées. Pour résumer, il y a deux types, le quinceano: constitué de tresses contenant quinze paires de fibres séchées et le veintiuno de vingt-et-une paires. La fourchette des prix est très variable comme la qualité. Il se trouve assez facilement dans toutes les boutiques  à  touristes (la prochaine fois j’en achète un!).  Personnellement , j’en ai vu qui ne coûtaient pas plus de 20 euros surement de qualité médiocre. Les veintiuno peuvent atteindre les 800 USD $.
Le vueltiao est un symbole important de la culture colombienne. Le pape Jean-Paul II ainsi que le président américain Bill Clinton le portèrent lors de leurs visites respectives en 1986 pour le premier et en 2000 pour le second. C’est un symbole de l’orgueil national. En 2004, il devint un Simbolo Cultural de la Nacion. Il fut même plébiscité par les colombiens devant le café et l’orchidée comme symbole de la Colombie lors d’un sondage realisé par la revue Semana en 2006.

Chivas

{lang: 'fr'}

Chiva Turismo 300x222 Chivas Les chivas sont des autobus typiques de Colombie et d’Equateur. Ils sont très colorés essentiellement bleu, rouge et jaune, les couleurs de ces deux pays. Ce sont des bus à deux étages constitués de banquettes en bois où s’assoient les passagers. Ils possèdent un escalier pour atteindre la plateforme supérieure.
Utilisés essentiellement dans les régions rurales, où il n’est pas rare de voir du bétail ou autres animaux à bord, ils souffrent d’une image de sous-développement face à la modernité des villes. Devenant obsolète dans le transport quotidien, il s’affirme de plus en plus comme un symbole touristique. Comme par exemple à Cartagena de Indias, où les chivas deviennent des bus touristiques pour sillonner la ville. Il est assez amusant de voir ces chivas débouler sur les boulevards, musique à fond avec à leur bord un groupe de touristes déchaînés.