Voyager en Colombie pour l’année France Colombie

A l’heure actuelle, la Colombie est de plus en plus populaire en France. De nombreux magazines et journaux parlent de la Colombie comme d’une destination touristique tendance. De manière plus directe, de nombreux membres de ma famille me parlent de […]

20150823_123310

Bocas de Ceniza, une impression de bout du monde

Si vous aimez les étendues sauvages, vastes et isolées, vous aimerez Bocas de Ceniza. Un lieu surréaliste et surprenant aux confins du fleuve Magdalena et de la mer des Caraïbes. Voir le fleuve Magdalena embrassait dans une étreinte à la […]

Eglise San Nicolas

Barranquilla, Curramba la Bella

En Colombie, Cartagena de Indias, Santa Marta, Bogotá ou encore Medellín attirent la plupart des touristes étrangers. Peu sont ceux qui se rendent à Barranquilla. Une ville jugée peu intéressante et parfois même un peu trop chaotique par certains. Un […]

Les esclaves se moquent de leurs maîtres à Salvador da Bahia

Les vols low cost ne se limitent plus à des trajets court-courriers. De plus en plus, des compagnies aériennes telles que Condor nous offrent la possibilité de visiter des coins du monde de plus en plus éloignés à des prix […]

road trip colombie

Road trip en Colombie ?

Road Trip en Colombie?! Je vois déjà l’étonnement et la surprise de certains qui n’imaginent pas la Colombie, hors villes et bitume. Pourtant, la Colombie, grâce aux nombreux progrès en termes de sécurité, peut très bien être le cadre d’un […]

 

Panachi Le parc national de Chicamocha

Seb panorama en tant quobjet dynamique 1 en tant quobjet dynamique 1 300x225 Panachi Le parc national de ChicamochaLe Parc National de Chicamocha connu aussi sous le nom de Panachi est l’un des endroits les plus touristiques de Colombie, ouvert au public depuis décembre 2006, il est l’un des rares parcs en Colombie, consacré à l’ecotourisme. Situé sur la voie entre Bucaramanga et San Gil dans le département de Santander, il a pour but principal de mettre en valeur le fameux canyon de Chicamocha, deuxième plus grand canyon du monde, et d’être un des fleurons de la culture santanderéenne. De nombreuses agences proposent un circuit touristique sur une journé comprenant differentes activités comme admirer la vue magnifique de El salto del duende (précipice du lutin). Le parc regorge d’activités diverses et variées comme le survol du canyon en téléphérique, une patinoire, une piste pour les buggys ainsi que le parc des chèvres, où vous pouvez déguster de délicieux gâteaux au lait de chèvre, et le parc des autruches, pas très exotiques pour nous, étant habitués à nos parcs zoologiques.
Sur le plan culturel, diverses salles regorgeant d’objets de toutes sortes appartenant à la culture indigène de Santander, principalement aux guanes, combleront les passionnés d’histoire précolombienne. El Monumento a la Santandereanidad à la gloire de l’identité santanderéenne qui reprensente par trente-six statues, les differentes étapes de La Revolución de los Comuneros dans les années 1780 contre l’Espagne des Bourbons.
Le tout entouré de commerces artisanaux vendant des souvenirs aux couleurs de Santander, et autres buvettes pour se rafraîchir, car je vous préviens, ça grimpe pour arriver au sommet et de plus, il fait très chaud donc attention aux coups de soleil!
Pour conclure, une sortie riche en émotion qui vous fera découvrir l’une des merveilles de la Colombie.

Les rythmes de la Côte: salsa, merengue, regaeton, champeta…

4023 image 204x300 Les rythmes de la Côte: salsa, merengue, regaeton, champeta...En Colombie on aime danser et plus généralement dans toute l’Amérique Latine. Il y a une vraie culture de la danse qui commence dès le plus jeune âge et toutes les occasions sont bonnes pour montrer ses talents de danseur. Tout colombien doit savoir danser ou du moins se débrouiller un minimum. On danse principalement la salsa, le merengue et plus récemment le reggaeton. Tous ces styles sont originaires des Caraïbes et n’ont donc pas de liens de naissance avec la Colombie. Ils ont, toutefois suite à leur expansion autour des Caraïbes, subi une acculturation sur le sol colombien. Les colombiens ont apporté leur touche personnelle à ces danses, spécialement à la salsa d’origine cubaine, et Cali la troisième ville du pays s’affuble même du surnom de Capitale Mondiale de la Salsa. Un projet voudrait même ajouter la salsa au patrimoine culturel de la Colombie malgré son origine étrangère.
Plus récemment, une autre musique s’est imposée en Colombie, c’est le reggaeton, mélange de reggae et de hip hop et autres styles latino- américains. Son origine est aussi extra-nationale puisque ce style vit le jour sur l’île de Puerto Rico et s’est ainsi répandu dans toute l’Amérique Latine s’enrichissant au contact des diverses cultures.
Pour finir, je vais vous parler d’un style purement colombien mais néanmoins de la région caraïbe avec la champeta, style complètement inconnu sous nos latitudes. Originaire de la ville de Cartagena de Indias, la champeta est un style de musique et même un mode de vie, un langage né dans les quartiers pauvres de la ville. Ce terme proviendrait d’une machette utilisée quotidiennement pour tous types de travaux par les classes défavorisées. La haute société aurait regroupé sous ce sobriquet de champeta tout ce qu’elle haïssait: la pauvreté, la vulgarité symbolisées par les classes pauvres en grande majorité d’origine africaine. Ce genre musical, mélange de rythmes africains et caraibéens, connut son heure de gloire dans les années 80 avant de perdre son identité originale suite à l’apport de la musique électronique.
Aujourd’hui, la Colombie vibre aussi aux rythmes électroniques européens et même à la tecktonik que j’ai vu danser de mes propres yeux dans un centre commercial d’une grande ville colombienne.

Marie pleine de grâce film sur la dure condition de mule

6bc06d10 225x300 Marie pleine de grâce film sur la dure condition de <q>mule</q>Film coproduit par la Colombie et les Etats-Unis en 2004, il raconte une sempiternelle histoire de drogue avec cette fois-ci le point de vue d’une mule. Marie pleine de grâce en français évoque le schéma classique de la mule, ici incarnée par Catalina Sandino Moreno, vu par la suite dans le Che de Soderbergh. Elle incarne une jeune adolescente renvoyée de son travail pour cause de grossesse et donc ne pouvant plus soutenir financièrement sa famille, se voit obligé de trouver une autre source de revenus.  Elle décide donc d’endosser le rôle de mule pour le compte de trafiquants de drogue en s’envolant pour les Etats-Unis…
Une forte connotation religieuse flotte au-dessus de ce film, une Marie enceinte, un titre et une affiche pour les moins explicites. On sent dans cette oeuvre cinématographique, l’espoir, le désir d’un meilleur destin matérialisé d’abord par ce travail de mule qui résoudrait beaucoup de problèmes, et par la suite en la personne de l’enfant qu’elle porte.
Ce film tourné en camera embarquée comme un documentaire, ce qui donne une impression de réalisme, montre avec exactitude le rôle joué par la mule dans le trafic de drogue. On suit pas à pas son évolution, de sa misère économique jusqu’à l’arrivée à Gringolandia, premier pays consommateur de cocaïne au monde.
Marie pleine de grâce réalisé par Joshua Marston, jeune réalisateur américain, a décroché le Prix du Public et du Meilleur Drame au festival de Sundance ainsi que le prix du Meilleur Premier Film au festival de Berlin. L’actrice principale Catalina Sandino Moreno, quant à elle, fut recompensée par une nomination aux Oscars dans la catégorie meilleure actrice; et remporta l’Ours d’argent de la meilleure comedienne au Festival de Berlin en 2004. En résumé, un film que je conseille vivement.

Arepa spécialité culinaire sud-américaine

arepa Arepa spécialité culinaire sud américaineL’arepa est un ingrédient indispensable de la cuisine colombienne et plus largement de l’Amérique Latine. Elle peut être mangée à tous les repas, ainsi vous comprenez vite son importance, presque un équivalent de notre baguette nationale. L’arepa peut donc être servie à toutes les sauces, avec de la confiture, à midi avec un plat principal etc. Son origine remonterait à la culture indigène des Cumanagotos peuple des Caraïbes.
Penchons-nous maintenant sur son apparence, d’une dizaine de centimètres de diamètre et d’une épaisseur ne dépassant guère le centimètre, l’arepa est de forme circulaire. Elle est constituée de maïs moulu ou de farine de maïs que l’on peut acheter toute prête. Ensuite, elle est peut être soit cuite soit frite. La quantité de recettes n’a d’égale que son succès, il existe une manière de préparer l’arepa différente de région en région.
Pour ma part, j’ai plutôt apprécié cette spécialité sud-américaine, autant mangé par les classes pauvres que la haute société. On s’habitue vite à cette petite galette de maïs  présente à chaque repas, qui plus que de la nourriture est un symbole de la cuisine d’Amérique du Sud.

L’homme de chevet film avec Sophie Marceau et Christophe Lambert

02484532 photo l homme de chevet avec sophie marceau et christophe lambert 220x300 Lhomme de chevet film avec Sophie Marceau et Christophe LambertVous allez dire pourquoi parle-t-il d’un film français dans un blog consacré à la Colombie. Eh bien tout simplement car l’histoire se déroule à Cartagena de Indias, ville dont je vous ai déjà parlée dans le post précedent. Le film repose sur un casting prestigieux du cinéma français en la personne de Sophie Marceau et de Christophe Lambert. Du côté colombien, on n’est pas non plus en reste avec l’actrice Margarita Rosa De Francisco. En quelques mots, l’histoire est celle de Muriel tétraplégique à la suite d’un accident et Léo ancien champion de boxe devenu alcoolique. Ce dernier se voit embaucher comme aide à tout faire de Muriel, après moult péripéties une histoire d’amour viendra unir ces deux âmes meurtries par la vie.
Les Caraïbes rendent l’atmosphère du film agréable, on se laisse bercer par la douce torpeur propre aux climats tropicaux. On s’imagine à côté de Christophe Lambert déambulant dans les rues de la ville. Le réalisateur n’a pas omis les splendeurs de Cartagena pour mon plus grand bonheur. Tout y passe, La Ciudad Amurallada, La Gorda de Botero etc. L’histoire est classique et sans surprises mais on se prend d’affection pour ce couple atypique. Donc, je conseille ce film pour un dépaysement garanti et pour les nostalgiques une façon d’y être encore…

Cartagena de Indias perle de la cote caraibe

DSC00045 300x225 Cartagena de Indias perle de la cote caraibeCartagena respire l’histoire, il suffit de se promener dans les ruelles de la Ciudad Amurallada pour s’imaginer dans la vice-royauté de Grenade au temps de la couronne espagnole. Premier port de l’amérique espagnole, départ de nombreux rêves et désillusions, Cartagena est le bijou du royaume d’Espagne  en terre caraibéenne. Elle fut le port d’entrée des aspirants au Nouveau Monde, migrants ou autres conquistadores à la recherche d’El Dorado. Qui dit cité d’importance, dit cité convoitée, combien de fois fut-elle assiégée par des navires anglais ou français? Ainsi furent crées par l’ingénieur italien Bautista Antonelli, les plus grandes fortifications de l’Amérique du Sud pour se protéger contre d’éventuels envahisseurs.
La Ciudad Amurallada joyau colonial, déclaré patrimoine de l’Humanité par l’UNESCO en 1984 respire la douceur de vivre. Qu’il est agréable de flâner le long de la cathédrale la Basílica Menor admirant les maisons couleur soleil, qui sentent bon les vacances, la plage, les Caraïbes…
Mais Cartagena, c’est aussi les bidonvilles à perte de vue entourant la ville, les plages qui ont perdu de leur superbe au profit de Santa Marta autre perle des Caraïbes et un tourisme sexuel à la vue de tous. Le tourisme est un revenu important de la ville avec son quartier touristique Bocagrande et ses vendeurs ambulants traquant le touriste. Comme disent les colombiens, les costeños sont très vivos (c’est à dire, vifs d’esprit, opportunistes), ils vous proposent des coquillages ou des crustacés pas toujours très frais à des prix tres « touristiques ». Tandis que les femmes vous proposent des espèces de massages avec de l’eau savonneuse. Le soir dans La Ciudad Amurallada on trouve parfois des prostituées autant hommes que femmes fruit du développement d’un tourisme sexuel à peine caché.
Mon humble avis est qu’il faut visiter Cartagena pour sa richesse culturelle et architecturale mais peut-être faut-il pousser plus vers l’est vers Santa Marta pour de plus belles plages et un tourisme de masse moins important.