Posts Tagged ‘bocas de ceniza’

Bocas de Ceniza, une impression de bout du monde

20150823_123310
{lang: 'fr'}

Si vous aimez les étendues sauvages, vastes et isolées, vous aimerez Bocas de Ceniza. Un lieu surréaliste et surprenant aux confins du fleuve Magdalena et de la mer des Caraïbes.

Voir le fleuve Magdalena embrassait dans une étreinte à la couleur « cendrée » – Ceniza signifie « cendre » en espagnol – la mer des Caraïbes se mérite. Le parcours pour s’y rendre ressemble parfois plus à un chemin de croix qu’à une promenade de santé.

Quitter la ville pour se rendre aux fameux petits trains qui vous transporteront aux portes de Bocas de Ceniza ne se fera pas sans repos, tant la route à emprunter ressemble plus à un chemin de terre difforme et caillouteux qu’à une voie pour nos chers véhicules à quatre roues.

Ces petits wagons pouvant transporter environ une douzaine de personnes, sur des banquettes des deux côtés du véhicule ainsi que parfois au milieu avec des sièges rajoutés pour optimiser l’espace disponible (expérience vécue à l’aller), avancent à une vitesse d’environ 15 km/h.

Ils se relaient le long de la voie de 9 heures du matin à 5 heures du soir, dans le vacarme des moteurs et du vent qui vous fouette le visage. Le prix du trajet n’es pas très cher. Il coûte 10.000 pesos ( à l’heure actuelle moins de 3 euros).

D’après un article de El Heraldo, la voie ferrée ferait 12 kilomètres jusqu’à la pointe de Bocas de Ceniza. Cependant, la partie finale étant trop déteriorée et abîmée, les petits trains ne réalisent pas la totalité du trajet.

Il convient donc de faire la dernière partie du trajet à pied, environ 30 minutes, entre les maisons humbles des pêcheurs et autres habitants de Bocas de Ceniza.
20150823 130916 300x168 Bocas de Ceniza, une impression de bout du monde
La beauté du lieu et l’immensité de la nature présente contrastent avec une grande pauvreté, fière, humble et accueillante. Tel ce pêcheur nous proposant de partager son simple mais délicieux repas, constitué d’un poisson et d’un peu de yuca. Un véritable délice de fraîcheur et de simplicité qui fait du bien parfois dans notre monde sophistiqué et pompeux.

La scène semble parfois surréaliste. Marcher le long de cette voie, bordée de chaque côté de cabanes et autres maisons de fortune. On touche à la pauvreté la plus extrême dans ce lieu à la beauté époustouflante.
20150823 131106 300x168 Bocas de Ceniza, une impression de bout du monde
L’immensité nous rappelle notre place celle d’animaux – sans aucune connotation péjorative – qui pensent être les maîtres du monde, mais qui ne sont rien en fait face à la force et à la grandeur de la nature.

A Bocas de Ceniza, on a l’impression de revenir à l’essentiel, débarrassés de toute la théâtralité d’une société, toutefois jamais très éloignée tant les projets de développement pointent leur nez. Espérons cependant qu’ils puissent préserver la beauté du lieu et apporter du travail à un grand nombre de personnes. Pour l’instant, l’eau est omniprésente, le ciel est bas. Plus rien d’autre ne compte.