Posts Tagged ‘Ciudad Amurallada’

5 lieux touristiques à visiter en Colombie

{lang: 'fr'}

carthagene colombie 300x225  5 lieux touristiques à visiter en ColombieSi lors de votre voyage en Colombie, vous ne devez choisir que cinq lieux à visiter. Ce seront ces derniers car ils allient toutes les qualités de la Colombie : nature à couper le souffle, authenticité et simplicité des gens, et  superbe architecture coloniale.

1 – Cartagena de Indias (Carthagène des Indes)
Port historique des Caraïbes, Cartagena fut pendant de nombreux siècles la tête de proue de l’empire espagnol dans cette région. A l’heure actuelle, elle est devenue la principale destination touristique en Colombie, enchantant les touristes grâce, entre autres, à la Ciudad Amurallada et au fort San Felipe de Barajas.

2- Parc Tayrona
Le Parc Tayrona est le deuxième parc le plus visité de Colombie derrière le Parc National Islas Corales del Rosario y San Bernardo. Il constitue un lieu parfait pour se promener et découvrir la faune et la flore colombienne. De magnifiques plages vous permettent également de vous baigner.

3 – Le village Taganga
Le village Taganga est un village de pêcheurs d’environ 3.000 habitants, qui doit sa réputation à sa proximité avec le Parc Tayrona. Il constitue, en effet, une des portes d’accès principales au parc. Taganga concentre également la majorité des hôtels, des entreprises de plongée, de location de barques, etc. de la région. Read more »

Les bicyclettes sont à la mode pour parcourir Cartagena de Indias

{lang: 'fr'}

louer bicyclette velo cartagena de indias colombie 300x200 Les bicyclettes sont à la mode pour parcourir Cartagena de IndiasFaire du vélo à travers le centre historique de Cartagena est une activité tant recherchée qu’il y a des jours où les magasins de location de bicyclettes restent ouverts jusqu’à 23 heures, en attendant les derniers touristes de retour de leurs promenades.
L’affaire est si bonne que l’année dernière, plus de 10 boutiques de location sont apparues vers la ciudad amurallada et le quartier de Getsemaní. Il y en a également dans le quartier touristique de Bocagrande.
Les commerçants du secteur estiment qu’aujourd’hui il peut y avoir quelque 500 vélos à louer.
C’est un fait, les « ciclas » comme ils les appellent sur la côte, sont devenus un élément de plus de la beauté des paysages et des maisons de la zone fortifiée. Et pas seulement pour les touristes.

L’étudiante de danse de Bogotá, Carolina Salamanca, qui vit dans le centre depuis un an, a fait de la bicyclette son moyen de transport. « Le plus difficle dans un premier temps était d’être en sens interdit dans de nombreuses rues de la zone fortifiée, il y a plusieurs rues qui ne présentent aucun sens de direction, » a-t-elle dit. Read more »

« Callerejos viajeros », documentaires sur Cali et Cartagena de Indias

{lang: 'fr'}

Callerejos viajeros cuatro Callerejos viajeros, documentaires sur Cali et Cartagena de IndiasHier soir, je suis parti dans une de mes frénétiques recherches sur youtube, l’objectif était de trouver des « documentales sobre colombia », une bonne manière de s’y croire même si on n’y est pas.
Première page sur youtube, je tombe direct sur un documentaire sur Cali de l’émission espagnole, « Callejeros viajeros » de la chaîne Cuatro. Cinquante minutes à visiter la ville de Cali et ses alentours. Heureuse coïncidence je me suis dit, vu que Cali est l’une de mes prochaines villes colombiennes à découvrir.

Dans ce reportage, on va dire qu’il n’y a pas de grande surprise, voire un côté un peu racoleur, montrant et évoquant de manière un peu trop présente la violence et les écarts de richesse dans la troisième ville de Colombie. Par moment, on pourrait vraiment se croire dans un reportage sensationnaliste de TF1 ou M6, tant certains propos peuvent paraître exagérés, 80% de la ville aurait été construits grâce à l’argent de la drogue. Je sais bien que le cartel de Cali était richissime à une certaine époque mais de là à dire qu’avant eux et leurs prédécesseurs, Cali ne représentait que le cinquième de ce qu’elle est actuellement, j’ai un peu de mal à le croire. Read more »

Cabo de la Vela, le trésor de la péninsule de La Guajira

{lang: 'fr'}

cabo de la vela colombie 300x201 Cabo de la Vela, le trésor de la péninsule de La GuajiraLe tourisme sur la côte Caraïbes colombienne est la plupart du temps incarné par Cartagena de Indias et par le charme de la Ciudad Amurallada; et par Santa Marta et le Parc Tayrona qui conquiert de plus en plus de touristes nationaux et étrangers. Cependant, ces destinations restent relativement conventionnelles et sont l’apanage de la plupart des touristes. Si l’on veut sortir des sentiers battus, éprouver un tant soit peu d’aventure et d’immensité, il faut se rendre au Cabo de la Vela, l’un des plus bels endroits de la planète dixit quelques touristes qui ont eu la chance de visiter ce site au nul autre pareil sur la côte caraïbe.

Cabo de la Vela se trouve dans la péninsule de La Guajira, pas très loin de la frontière vénézuélienne. Il reste un site relativement préservé des touristes (même si leur nombre augmente d’année en année) de par sa situation géographique isolée et sa région pas encore complétement sécurisée (du moins dans les têtes). Pour s’y rendre, le plus facile est soit de partir de Santa Marta en voyage organisé, soit de Riohacha en bus et en jeep.
Cabo de la Vela est un cap relativement désertique qui abrite un petit village de pêcheurs et une partie de la communauté indigène des Wayuu, qui nomment ce lieu, Jepirra. C’est un endroit sacré pour ce peuple car il serait une « passerelle » vers l’au-delà pour leurs âmes défuntes. Read more »

L’homme de chevet film avec Sophie Marceau et Christophe Lambert

{lang: 'fr'}

02484532 photo l homme de chevet avec sophie marceau et christophe lambert 220x300 Lhomme de chevet film avec Sophie Marceau et Christophe LambertVous allez dire pourquoi parle-t-il d’un film français dans un blog consacré à la Colombie. Eh bien tout simplement car l’histoire se déroule à Cartagena de Indias, ville dont je vous ai déjà parlée dans le post précedent. Le film repose sur un casting prestigieux du cinéma français en la personne de Sophie Marceau et de Christophe Lambert. Du côté colombien, on n’est pas non plus en reste avec l’actrice Margarita Rosa De Francisco. En quelques mots, l’histoire est celle de Muriel tétraplégique à la suite d’un accident et Léo ancien champion de boxe devenu alcoolique. Ce dernier se voit embaucher comme aide à tout faire de Muriel, après moult péripéties une histoire d’amour viendra unir ces deux âmes meurtries par la vie.
Les Caraïbes rendent l’atmosphère du film agréable, on se laisse bercer par la douce torpeur propre aux climats tropicaux. On s’imagine à côté de Christophe Lambert déambulant dans les rues de la ville. Le réalisateur n’a pas omis les splendeurs de Cartagena pour mon plus grand bonheur. Tout y passe, La Ciudad Amurallada, La Gorda de Botero etc. L’histoire est classique et sans surprises mais on se prend d’affection pour ce couple atypique. Donc, je conseille ce film pour un dépaysement garanti et pour les nostalgiques une façon d’y être encore…

Cartagena de Indias perle de la cote caraibe

{lang: 'fr'}

DSC00045 300x225 Cartagena de Indias perle de la cote caraibeCartagena respire l’histoire, il suffit de se promener dans les ruelles de la Ciudad Amurallada pour s’imaginer dans la vice-royauté de Grenade au temps de la couronne espagnole. Premier port de l’amérique espagnole, départ de nombreux rêves et désillusions, Cartagena est le bijou du royaume d’Espagne  en terre caraibéenne. Elle fut le port d’entrée des aspirants au Nouveau Monde, migrants ou autres conquistadores à la recherche d’El Dorado. Qui dit cité d’importance, dit cité convoitée, combien de fois fut-elle assiégée par des navires anglais ou français? Ainsi furent crées par l’ingénieur italien Bautista Antonelli, les plus grandes fortifications de l’Amérique du Sud pour se protéger contre d’éventuels envahisseurs.
La Ciudad Amurallada joyau colonial, déclaré patrimoine de l’Humanité par l’UNESCO en 1984 respire la douceur de vivre. Qu’il est agréable de flâner le long de la cathédrale la Basílica Menor admirant les maisons couleur soleil, qui sentent bon les vacances, la plage, les Caraïbes…
Mais Cartagena, c’est aussi les bidonvilles à perte de vue entourant la ville, les plages qui ont perdu de leur superbe au profit de Santa Marta autre perle des Caraïbes et un tourisme sexuel à la vue de tous. Le tourisme est un revenu important de la ville avec son quartier touristique Bocagrande et ses vendeurs ambulants traquant le touriste. Comme disent les colombiens, les costeños sont très vivos (c’est à dire, vifs d’esprit, opportunistes), ils vous proposent des coquillages ou des crustacés pas toujours très frais à des prix tres « touristiques ». Tandis que les femmes vous proposent des espèces de massages avec de l’eau savonneuse. Le soir dans La Ciudad Amurallada on trouve parfois des prostituées autant hommes que femmes fruit du développement d’un tourisme sexuel à peine caché.
Mon humble avis est qu’il faut visiter Cartagena pour sa richesse culturelle et architecturale mais peut-être faut-il pousser plus vers l’est vers Santa Marta pour de plus belles plages et un tourisme de masse moins important.